animaVegEnTete dons

rejoignez-nous
logo_Facebooklogo_Facebook logo_twitterlogo_Facebook


Lorsque j'ai adopté une alimentation végétarienne, je ne connaissais pas de végétariens dans mon entourage. Et quand, un an plus tard, je me suis mis au végétalisme, je n'avais pas davantage d'amis végétaliens. Ce dont je disposais, par contre, c'était un accès à des sites fiables sur la nutrition, qui m'ont beaucoup guidé et rassuré dans mes choix alimentaires. Mais la nutrition c'est une chose. Tous les autres aspects qu'implique un changement d'habitudes, c'en est une autre. Alors, qu'est-ce que j'aurais aimé qu'on me dise quand je m'intéressais à ces questions ?


* Vous êtes juste là pour des conseils pratiquo-alimentaires ?
Sautez directement au 5ème paragraphe ! *
veganisme
En premier lieu, j'aurais aimé qu'on me conforte dans ma décision. Évoluer vers une alimentation plus éthique, plus empathique, c'est un choix qu'on ne regrette pas. Et s'il y a peut-être de l'appréhension et des questionnements, tout ça ne dure pas bien longtemps. Pensez-y : il s'agit de reconnecter son cerveau à son estomac, de manger avec sa tête. C'est à dire de reprendre rationnellement le contrôle sur un aspect aussi fondamental que sa propre alimentation. Un choix qui est d'ailleurs lourd de conséquence : nous tuons chaque année 60 milliards d'animaux terrestres pour la consommation ; de la vache dans le pré aux poulets compactés.

J'aurais aussi aimé qu'on m'explique que manger végétarien ou végétalien est plus facile et varié qu'il n'y paraît. Le plus difficile, c'est certainement l'étape qui est alors déjà franchie à ce stade : reconnaître la nocivité de ses habitudes alimentaires, et dépasser son propre déni. Quoi de plus dur que d'admettre avoir un comportement incohérent avec ses valeurs de respect ? Surtout avec tant de circonstances atténuantes : la viande fait partie de notre culture culinaire, tout le monde en mange, les rayons des magasins en sont plein, elle a généralement bon goût... Autant d'incitants au status quo. Mais remettre ses habitudes en question, c'est désamorcer ce conflit interne... et déjà faire le plus gros du travail.

D'accord, la barrière mentale est tombée. Mais j'ai l'impression d'avancer à tâtons ? De fait, on ne s'improvise pas chef cuisinier, et encore moins nutritionniste. Les experts (dont l'OMS) s'accordent désormais sur la nocivité de la viande. Les voix commencent aussi à s'élever sur les dangers des produits laitiers. Mais ça ne me dit pas ce que je peux manger. La bonne nouvelle ? Le mouvement végane est en pleine explosion. Jamais il n'y a eu autant de magasins, restaurants, produits... et consommateurs végétaliens ! Autre excellente nouvelle ? Plus de consommateurs végé, ça veut dire plein de personnes pour me conseiller en cas de doute ou de question ! Une rapide recherche dans la barre de recherche de votre réseau social préféré, et vous avez à votre portée des milliers de végétariens, végétaliens, véganes qui ne demandent qu'à accompagner l'apprenti dans sa transition.

Facile de manger végétalien, donc ?

De plus en plus, en tout cas ! Le secteur alimentaire a commencé à comprendre qu'il avait une belle carte à jouer, et les substituts de viande n'ont de cesse de se diversifier et de remplir les rayons des magasins. Sans compter sur les nombreuses startups qui développent des mets sans produits animaux, similaires aux vrais en apparence, convaincants à la texture, et carrément bluffants au goût. Steaks, saucisses, fromages… Ils feront le bonheur des personnes en transition, qui ne veulent pas forcément perdre leurs repères. Des exemples ? Il y en a à la poêle pelle !

veganismeveganisme
Pour remplacer la viande: Pour remplacer le fromage:
Taifun
Wheaty
Vbites
Vantastic Foods
Tofurky
Wilmersburger
Violife
MozzaRisella
Vegusto
Tofutti
veganismeveganisme
Un petit exemple de produits disponibles en magasin vegan, ici chez VegAnne' s Shop

C'est bien beau mais ça se trouve où, tout ça ?


Bruxellois, réjouissez-vous : la capitale compte pas moins de deux magasins entièrement véganes :
VegAnne's Shop
Vegasme

Vous habitez Liège ? Chançards que vous êtes, la Cité ardente possède son propre GoVeg Vegan Shop.

Prenez votre plus gros sac de courses avec vous. En rayon de ces magasins : des substituts de viande, de fromages et d'oeufs, mais aussi des pizzas, de la charcuterie, de la pâte à tartiner, de la mayonnaise, des glaces, du chocolat, de la crème, des cookies, etc. etc.

Pour les autres : votre magasin bio local devrait proposer une gamme de simili-carnés suffisante pour vous ravir les papilles. Et si ce n'est pas le cas, pourquoi ne pas proposer au gérant de passer une commande ?

Plus accessible encore : les supermarchés se remplissent toujours plus de produits sans ingrédients d'origine animale. On y trouve les marques SoFine, Cereal, Le Boucher Végétarien, Garden Gourmet... plus tous les produits de la marque distributeur.

Vous êtes du genre plus aventureux ou traditionnel derrière les fourneaux ?


Le régime végé n'a pas attendu la création de tous ces produits pour être sain et savoureux ! Les légumineuses (lentilles, haricots, pois-chiches...) ou le tofu, le tempeh et le seitan sont de formidables alternatives complètes (et bien meilleur marché) à la viande. Leur cuisine peut être aussi variée que votre imagination vous le permet. Et si l'imagination est en panne, justement, il existe une kyrielle de sites web et de livres proposant de délicieuses recettes créatives et originales à partir de ces ingrédients de base.

On ne saurait trop conseiller les ouvrages de Marie Laforêt. Mais par le choix disponible, une visite au rayon « recettes » de votre libraire du coin devrait vous convaincre, si c’était nécessaire, qu’un plat végétalien n’a généralement rien de morne. Et puis internet fourmille de sites et blogs de recettes véganes. Quelques exemples :
Végétal Génial
Végémiam
VG-Zone

L'association EVA en a répertoriés un très grand nombre sur son site. Vous pouvez aussi retrouver une liste non exhaustive sur notre site : Où manger à l'extérieur?

veganisme

En fait, c’est plus encore. C'est (re-)manger avec sa tête. C’est faire un magnifique cadeau à la terre et à ceux et celles qui l'habitent. C’est décider de ne pas manger ses amis les animaux, comme le disait l’auteur anglais George Bernard Shaw. C'est être dans l'air du temps, avec cinq minutes d'avance : Peter Singer, le père du mouvement contemporain des droits des animaux prédit que le monde sera végane dans moins de 50 ans. Et puis c’est œuvrer pour une civilisation véritablement civilisée. Puisque comme le pensait Gandhi : « Le degré de civilisation d'un peuple se mesure à la manière dont il traite ses animaux. » Alors, on s'y met ?

Vincent Bozzolan